LIVRAISON GRATUITE à partir de de 45,00 €
Dans le panier de
Créer une nouvelle liste de courses

De l'herbe secrète indienne à la boisson nationale de millions de personnes. Qui est-ce qui a popularisé le maté ?

2021-06-20
De l'herbe secrète indienne à la boisson nationale de millions de personnes. Qui est-ce qui a popularisé le maté ?

Si vous vous intéressez à l'histoire du maté, vous savez certainement que les découvreurs de ses propriétés étaient le peuple indigène du Paraguay de la tribu Guarani. Cependant, il est plus difficile de trouver des informations sur la façon dont il est passé d'une « plante miracle » appréciée localement à un symbole et à une partie intégrante de la vie quotidienne de millions de Sud-Américains. Dans une large mesure, c’étaient les missionnaires jésuites qui y ont contribué !

Les Réductions jésuites. L’utopie qui a réellement existé !

La zone naturelle d'occurrence du houx paraguayen est le territoire des États brésiliens modernes de Rio Grande, Santa Catalina et Parana, la province argentine de Misiones et la partie orientale du Paraguay actuel. Après l'arrivée des Européens, l'histoire de ces terres a pris un cours légèrement différent de celui des autres colonies. Ils n'ont pas été gouvernés d'une main dure, comme c'était le cas du Mexique et du Pérou à cette époque, et pas les conquistadors, mais les missionnaires jésuites sont devenus un groupe particulièrement influent. C'est à leur initiative que les soi-disant réductions, des communautés indiennes autosuffisantes organisées selon les idées d'égalité, de coopération et de justice sociale au sens large. L'attitude pacifique des moines leur a rapidement valu la confiance des Indiens. Ceux-ci les initièrent à leur tour à leur plus grand secret ; une plante mythique, dont les feuilles leur permettaient de soulager la faim, d'améliorer la concentration et de leur donner de l'énergie nécessaire. C’est biensûr la yerba maté.

Les jésuites ont rapidement commencé à voir dans le houx non seulement une partie précieuse de l'alimentation, mais aussi une source potentielle de revenus. Bientôt, les premières plantations organisées ont commencé à émerger. Selon des sources historiques, les feuilles et morceaux de tiges cueillis étaient directement séchés sur les foyers. Ensuite, ils ont été transférés dans des entrepôts provisoires, écrasés à l'aide de mortiers, puis emballés dans des sacs en cuir et descendus le fleuve sur des barges en bois. Où sont-ils allés ? Initialement, la distribution était étroite, de nature régionale. Avec le temps cependant, lorsque les colons prirent définitivement goût à l'infusion noble, la renommée du maté commença à gagner des contrées aussi lointaines que le Chili ou la Lima péruvienne. Cependant, le marché local est resté le plus important, concentré en particulier autour de la capitale Buenos Aires et de la province de Tucumán à l'ouest. yerba maté jésuites réductions
Les ruines d’une réduction jésuite au Paraguay

Yerba maté. La source de caféine et…de grosses sommes d’argent !

Grâce à l'amélioration des techniques de culture, la matière première est devenue l'un des produits agricoles les plus populaires. Alors que la part du lion des bénéfices était encore dévorée par les impôts élevés prélevés par la Couronne, le maté a commencé à être une entreprise rentable. On estime que pour les payer et générer les bénéfices nécessaires à leur subsistance, chaque campement agricole devait exporter en moyenne 300-400 arrob (ancienne unité de masse ; 1 arrob équivaut à environ 10-12 kg) de yerba maté. Cependant, de nombreux villages en produisaient beaucoup plus. Cela était dû, entre autres, à la diminution croissante de la population. Au plus fort de leur développement, dans les années 1830, ils étaient habités par environ 140 000 Indiens Guarani !

Malheureusement, la dissolution de l'Ordre des Jésuites en 1768 entraîna un dépeuplement progressif et, finalement, la chute définitive de la réduction. Heureusement, l'habitude de boire du maté n'a pas disparu avec les missionnaires. Des entreprises privées ont pris l'initiative. L'afflux massif d'immigrants européens au tournant des XIXe et XXe siècles s'est avéré être une impulsion particulière pour le développement. C'est grâce à eux que sont nées les marques connues et appréciées comme Amanda (créée par un nouvel arrivant de Pologne, Jan Szychowski) ou Rosamonte. Cependant, c'est une histoire légèrement différente et certainement un sujet pour un article différent ...

Recommandés

Amanda Compuesta Con Hierbas (aux herbes) 0,5 kg

Amanda Compuesta Con Hierbas (aux herbes) 0,5 kg

8,60 € brut
17,20 € / kg brut
Rosamonte Suave Doypack 0,5kg

Rosamonte Suave Doypack 0,5kg

7,71 € brut
15,42 € / kg brut
J'accepte les conditions générales. J'accepte de recevoir des informations sur les commandes au titre de la loi du 18 juillet 2002 relative à la fourniture de services électroniques.
Close
pixel