Livraison à partir de 45,00 €

Ilex paraguariensis, ilex guayusa, ilex dumosa… Quelle est la différence ?

2022-04-07
Ilex paraguariensis, ilex guayusa, ilex dumosa… Quelle est la différence ?

L’ilex paraguariensis, c’est-à-dire la plante à partir de laquelle on prépare le maté, appartient à la famille des Aquifoliacées qui comprend jusqu’à 600 espèces ! Même si cette famille donne de nombreuses plantes ornementales, certaines espèces de houx ont été reconnues pour leurs excellentes propriétés et sont donc utilisées depuis plusieurs siècles pour la préparation d’infusions. Dans les forêts tropicales d’Amérique du Sud, outre l’ilex paraguariensis, on trouve également l’ilex guayusa et l’ilex dumosa. En quoi ces plantes apparentées sont-elles différentes de la célèbre yerba mate et pourquoi ne sont-elles pas devenues aussi populaires ?

L’ilex guayusa : un parent équatorien de la yerba maté

L’ilex guayusa est une plante sempervirente avec des feuilles elliptiques aux bords lisses ou dentés qui atteint une hauteur de 30 m, soit le double de la hauteur du houx paraguayen. Il est possible de trouver cet arbre en Équateur, au Pérou et dans le sud de la Colombie et ses plus grandes plantations sont situées dans les provinces équatoriennes de Napo et Pastaza. Comme dans le cas du maté, l’infusion de guayusa exerce un fort effet stimulant et antioxydant et contient une grande quantité de vitamines et de minéraux. Quant à la teneur en caféine, l’ilex guayusa en contient plus que le houx paraguayen, soit entre 1,73 et 3,48 %, tandis que les feuilles de ce dernier en contiennent entre 0,9 et 1,8 %. En plus de la caféine, la guayusa est également une excellente source de l-théanine qui agit sur le système nerveux en stabilisant l’humeur et en atténuant la sensation de stress. Ainsi, par rapport au maté, la consommation de la guayusa donne un plus grand sentiment d’harmonie. Ce qui rend également ces deux boissons légèrement différentes, c’est leur goût : la guayusa contient moins de tanins qui confèrent au maté son amertume et astringence spécifiques. Les Indiens des tribus Jivaro et Kichwa ont été les premiers à découvrir les propriétés stimulantes du guayusa : ils buvaient cette infusion tant pour se préparer à la chasse que pour provoquer des rêves lucides qui, à leur tour, étaient censés aider à prédire l’avenir. Malgré un effet très similaire, c’est seulement le maté qui a acquis une renommée mondiale et a été salué comme une alternative saine au thé et au café. S’il est vrai qu’à l’époque coloniale la guayusa était cultivée dans les plantations à la même échelle que le houx paraguayen, d’autres produits sont néanmoins devenus des exportations plus populaires et recherchées de l’Équateur. Il s’agit des fruits exotiques comme les bananes, les mangues et les ananas. Par conséquent, l’ilex guayusa est resté dans leur ombre et était un secret connu seulement des peuples autochtones d’Amérique du Sud pendant de nombreuses années. Pour le moment, ce parent équatorial de la yerba maté entre lentement sur le marché mondial et, partant, de plus en plus de gens peuvent découvrir ses merveilleuses propriétés.

Amérique du Sud

L’ilex dumosa : la yerba maté sans caféine ?

L’ilex dumosa est une plante qu’on trouve en Argentine, au Paraguay et au Brésil et qui se présente sous forme d’arbuste ou de petit arbre. Sa hauteur moyenne est d’environ 6 m tandis que ses feuilles sont oblongues et pas trop ovales. Ce qui est important, c’est sa très faible teneur en caféine par rapport à l’ilex paraguariensis et à l’ilex guayusa : on dit qu’il y a environ 1 ‰ de caféine que l’on trouve dans le maté classique. Dans le même temps, l’ilex dumosa contient une quantité similaire de vitamines, de minéraux et d’antioxydants que la yerba maté. Étant donné que cette plante ne contient pas d’ingrédients stimulants, l’infusion était recommandée aux personnes qui n’aimaient pas ou ne pouvaient pas consommer de caféine – en raison de maladies cardiovasculaires ou du système nerveux, de troubles du sommeil ou d’hyperactivité. La population locale appelait cette boisson « yerba señorita ». Même au début des années 1900, l’ilex dumosa était cultivé avec le houx paraguayen et leurs feuilles étaient souvent mélangées et servies ensemble. Cependant, en 1935, la loi régissant la production de maté a changé. C’est alors qu’une commission spéciale a constaté que la texture sèche de la yerba mate traditionnelle devait être composée à 100 % de feuilles de houx paraguayen. La yerba señorita était donc interdite. Ce n’est que dans les années 1990 que la société argentine Las Marías a mené des recherches grâce auxquelles les agriculteurs ont recommencé à cultiver cette espèce oubliée de houx et l’ilex dumosa a été réinscrit sur la liste des produits alimentaires. Actuellement, il existe plusieurs mélanges sur le marché qui contiennent cette espèce de houx, mais ils restent encore loin de la popularité du maté classique.

Les infusions de feuilles de houx pas seulement en Amérique du Sud

Les plantes de la famille des Aquifoliacées (la famille du houx) sont présentes sur presque chaque continent de notre planète. D’autres espèces, qui apparaissent en dehors de l’Amérique du Sud, sont également connues pour leurs propriétés hautement stimulantes ou curatives. Ainsi, par exemple, les Indiens d’Amérique du Nord buvaient un breuvage rituel nommé « boisson noire », préparé avec des feuilles et tiges grillées d’ilex vomitoria (communément appelé yaupon) ou d’ilex cassine (également appelé dahoon ou cassena), contenant une haute concentration de caféine. Même si la consommation de cette boisson noire provoquait des vomissements, les Indiens le considéraient comme un symbole de purification des émotions négatives. De plus, on trouve également d’autres espèces de houx en Asie, comme l’ilex kaushue (appelé aussi l’ilex kudingcha) en Chine et au Vietnam ou l’ilex latifolia en Chine et au Japon. Ces plantes sont couramment utilisées pour préparer une infusion très amère appelée « kuding » qui possède de nombreuses propriétés bénéfiques à la santé.

J'accepte les conditions générales. J'accepte de recevoir des informations sur les commandes au titre de la loi du 18 juillet 2002 relative à la fourniture de services électroniques.
Close
pixel